Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 14:47

liberté dexpression

 

Jeudi 20 novembre 2014

La convention internationale des droits de l'enfant a aujourd'hui 25 ans. Un quart de siècle que les enfants sont des « sujets de droits ». Cet anniversaire doit être aussi le temps d'un constat.

La CIDE définit les devoirs, mais surtout les droits fondamentaux de tous les enfants. Force est de constater qu'au quotidien ces droits fondamentaux sont souvent oubliés.

L'article 12 de cette convention dispose que « Les États parties garantissent à l'enfant qui est capable de discernement le droit d'exprimer librement son opinion sur toute question l'intéressant ». Malheureusement, nombreuses sont les décisions qui se prennent sans l'enfant ou ses représentants légaux. A l'Ecole, l'orientation scolaire en est un exemple vivant.

Les articles 13 et 15 qui définissent les droits « à la liberté d'expression » et « à la liberté d'association et à la liberté de réunion pacifique » sont loin d'être respectés lorsque l'on voit les difficultés que rencontrent les élèves, et notamment les lycéens, dans l'exercice de leur droit d'expression, d'association, de réunion et de manifestation.

L'article 20, qui institue un « droit à une protection et une aide spéciales de l'État » lorsque l'enfant se retrouve privé de famille, ou dans un milieu où il ne peut être laissé a été mis à mal il y a de cela quelques semaines, lorsque l'on a appris que des lycéens, faute de prise en charge, restaient à la rue.
On ne parlera pas des règlements intérieurs d'établissement qui le plus souvent méconnaissent la CIDE, mais aussi la Convention internationale des droits de l'homme en omettant notamment de mentionner les voies de recours en cas de procédure disciplinaire.

La FCPE a toujours défendu une école bienveillante qui, comme le proclame le préambule de la CIDE, préparerait « pleinement l'enfant à avoir une vie individuelle dans la société, [l'élèverait] dans l'esprit des idéaux proclamés dans la Charte des Nations unies, et en particulier dans un esprit de paix, de dignité, de tolérance, de liberté, d'égalité et de solidarité ». Alors, oui, 25 ans, c'est grand. Mais le chemin à parcourir reste grand. Cela commence par la promotion de cette convention auprès des élèves, et donc son intégration dans le nouveau socle commun.

Communiqué FCPE Nationale

 

 

Repost 0
Published by FCPE Bruz - dans au niveau national
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 09:34

A peine les élèves viennent-ils de faire leur rentrée avec un jour de retard suite à un logiciel obsolète, qu'une nouvelle demi-journée leur est retirée.

La ministre de l'Education nationale ouvre une consultation des enseignants sur les programmes de l'école maternelle et le socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

Pour la FCPE, cette consultation importante ne doit pas se faire au détriment de l'accueil des élèves. Parce que les parents -membres à part entière de la communauté éducative- n'ont pas à subir les consultations internes à l'Education nationale, la FCPE dénonce cette demi-journée banalisée qui ne tient pas compte des contraintes des familles. La FCPE demande que la consultation soit reportée sur des temps hors scolaire.

 

Communiqué FCPE Nationale

 

Repost 0
Published by FCPE Bruz - dans au niveau national
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 18:45
Conférence sur l'évaluation des élèves

Le 24 juin 2014 était lancée la conférence nationale sur l’évaluation des élèves. Son objectif est de faire évoluer les modalités de l’évaluation des élèves pour la mettre au service des apprentissages, afin qu’elle stimule les élèves au lieu de les décourager.

Parent, lycéen, étudiant, membre d’association ou professionnel de l’éducation, vous vous intéressez à la question de l’évaluation des élèves et vous désirez apporter votre contribution au sein d’un collectif ?

Devenez membre du jury en présentant avant le 27 septembre votre candidature motivée sur le site www.conference-evaluation-des-eleves.education.gouv.fr

Le jury sera composé de 30 membres : 15 professionnels de l’éducation et 15 usagers, dont 9 parents d’élèves, 3 lycéens ou étudiants et 3 membres d’associations.

D’octobre à mi-décembre, le jury se nourrira d’expertises, de rapports d’expérimentations ainsi que des contributions déposées par les internautes. Il auditionnera également des experts lors de séances de travail qui se tiendront à Paris. Le jury se prononcera sur la manière de construire une évaluation au service des apprentissages et de la réussite de tous, sur la façon de rendre compte aux familles des progrès de leurs enfants et, plus largement, sur la place de la notation, et sur la forme que peut prendre cette évaluation dans les parcours et les choix d’orientation des élèves.

Les 11, 12 et 13 décembre 2014, trois jours de travaux viendront conclure la conférence nationale sur l’évaluation des élèves. A l’issue d’auditions et de débats publics, le jury remettra officiellement ses recommandations à Najat Vallaud-Belkacem. Sur la base de celles-ci, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, prendra des décisions applicables dès la rentrée 2015.

(source : Ministère de l'Education Nationale)

Cliquez ci-dessous pour en savoir plus.

Repost 0
Published by FCPE Bruz - dans au niveau national
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 07:53

Najat Vallaud-Belkacem a été nommée Ministre de l'Education Nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.

A lire dans le Café Pédagogique (en cliquant ci-dessous) les premières réactions, dont celle de la FCPE nationale, après l'annonce de cette nomination.

Repost 0
Published by FCPE Bruz - dans au niveau national
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 08:37

La polémique enfle sur le soi-disant enseignement de la "théorie du genre" à l'école.
La FCPE, le SE-UNSA, le SGEN-CFDT et le SNUIPP-FSU tiennent à rassurer les parents et à rappeler en quoi consistent les ateliers "ABCD de l'égalité" lancés par le ministère de l'Education nationale et le ministère des Droits des femmes. Les ABCD de l'égalité visent à éduquer à l'égalité garçon-fille et à travers elle à lutter contre les discriminations sexuelles. L'enseignement de l'égalité entre les femmes et les hommes est prévu par la loi depuis 1989 et les ABCD de l'égalité s'inscrivent dans le cadre des enseignements existants : en éducation physique et sportive, dans les cours d'éducation artistique, d'histoire, etc.
En aucun cas, l'objectif de ces ateliers serait d'apprendre l'homosexualité aux enfants dès la maternelle ni de proposer des « travaux pratiques sexuels » en classe, comme le colportent des rumeurs et une instrumentalisation politique.
Il n'existe pas de « théorie du genre » mais il existe de nombreux travaux dits « sur le genre » reposant sur l'idée que les stéréotypes sexués (par exemple : un garçon ne peut pas jouer à la poupée, les filles ne sont pas faites pour être ingénieur, etc.) sont socialement construits, et que la différenciation sexuelle des places occupées dans la société par les hommes et les femmes n'est pas prescrite par la nature.
La FCPE, le SE-UNSA, le SGEN-CFDT et le SNUIPP-FSU considèrent qu'un projet pédagogique comme celui des ABCD développe l'esprit critique des enfants et peut permettre de lutter contre tous les stéréotypes : racistes, d'âge, de classe, etc. Les organisations demandent au ministre de tout mettre en œuvre pour informer les familles du contenu réel des ABCD de l'égalité et pour soutenir le travail pédagogique des enseignants au service de la réussite de leurs élèves.

 

Communiqué FCPE

Repost 0
Published by FCPE Bruz - dans au niveau national
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 06:06

La ministre Geneviève Fioraso a pré­senté ven­dredi 10 janvier un por­tail Admission post-bac rénové pour la ses­sion 2014 afin d'améliorer les ins­crip­tions dans l'enseignement supé­rieur, lors du salon APB à Paris. Le por­tail, lancé il y a cinq ans, "a mis fin au scan­dale des files d'attente" pour s'inscrire dans l'enseignement supé­rieur, mais il "ne doit plus être un casse-tête pour les élèves et une angoisse pour les parents", selon le ministère.

Les futurs étudiants, qui peuvent tou­jours for­mu­ler jusqu'à 36 voeux, ne seront plus confron­tés à 1.800 inti­tu­lés de licence géné­rale mais pour­ront choi­sir parmi 45 mentions.

Une offre de for­ma­tion "trop com­pli­quée" était "illi­sible pour les étudiants, les familles et les recru­teurs", a déclaré la ministre lors d'une confé­rence de presse. "Les familles qui en avaient les moyens s'offraient les pres­ta­tions d'un coach à des prix assez élevés", a-t-elle déploré. A par­tir de cette année, les voeux for­mu­lés en licence lors de la pre­mière phase des ins­crip­tions qui démarre le 20 jan­vier seront vali­dés auto­ma­ti­que­ment. L'année der­nière, 12% des 754.000 élèves ayant consti­tué un dos­sier élec­tro­nique sur le por­tail avaient aban­donné la pro­cé­dure ou n'avaient pas validé leur choix.

Le calen­drier est décalé d'une semaine, pour qu'une des phases ne coïn­cide plus avec la période anxio­gène des écrits du baccalauréat. Pour accom­pa­gner les uti­li­sa­teurs dans leurs démarches, un numéro vert sera mis en place, dans un pre­mier temps entre mars et juin cette année, puis pen­dant toute la période d'ouverture du por­tail l'année suivante.

Dès 2014, APB ne sera plus réservé aux élèves de ter­mi­nale: les étudiants en pre­mière année de licence sou­hai­tant se réorien­ter, dans leur établis­se­ment ou dans un autre, pour­ront main­te­nant s'inscrire via le portail.

Un sys­tème d'étudiants "ambas­sa­deurs" qui iront pré­sen­ter les for­ma­tions uni­ver­si­taires dans les lycées sera déve­loppé, et les élèves seront sen­si­bi­li­sés à APB dès la première. Sera aussi créé un comité d'usagers incluant parents d'élèves, pro­fes­seurs, repré­sen­tants de lycéens et d'étudiants "pour amé­lio­rer le dispositif".

De nou­velles for­ma­tions intègrent APB cette année, dont les bache­lors de tech­no­lo­gies de l'Ecole natio­nale supé­rieure des arts et métiers (Ensam) et les expé­ri­men­ta­tions en Première année com­mune aux études de santé (Paces). Les licences pro­fes­sion­nelles aux inti­tu­lés sim­pli­fiés et d'autres for­ma­tions devraient arri­ver en 2015.

Source : AFP

Repost 0
Published by FCPE Bruz - dans au niveau national
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 09:59

Le mois d'octobre 2013 a été dans toutes les régions de France le mois du renouvellement des membres des Conseils économiques sociaux et environnementaux régionaux (CESER). Le CESER est la deuxième assemblée régionale après le conseil régional. Il est consulté obligatoirement sur tous les aspects budgétaires et travaille soit sur saisine des présidents de conseils régionaux, soit sur auto-saisine, dans tous les domaines couvrant à la fois les compétences obligatoires des régions et les politiques incitatives de celles-ci. Il est donc un lieu incontournable pour que la FCPE soit à la fois reconnue comme experte du système éducatif mais comme acteur à part entière de la société civile.

Notre fédération y a trouvé largement sa place au sein des troisièmes collèges (les représentants associatifs). En effet, dans 11 régions, nous avons obtenu un siège plein pour les 6 ans de mandats, à cela venant s'ajouter les deux sièges de la région Ile-de-France. Un seul CESER n'aura pas de représentant des parents d'élèves, dans le Limousin.

Pour le reste, soit certains préfets n'ont pas encore confirmé le nom du représentant des parents d'élèves, soit le mandat sera tournant entre deux ou trois des fédérations de parents d'élèves et la FCPE ne débutera pas la mandature.

La présence de la FCPE dans les CESER marque une volonté partagée d'apporter les idées, les retours d'expériences et l'expertise de notre fédération au développement de la société civile et du dialogue citoyen. Cette expertise doit éclairer non seulement les problématiques liées aux champs scolaires et éducatifs mais également toutes les thématiques porteuses de progrès social et de solidarité active : la réussite de tous les jeunes, de tous les citoyens, dans leurs parcours d'orientation, de formation, de vie professionnelle et sociale.

(communiqué FCPE Nationale)

Repost 0
Published by FCPE Bruz - dans au niveau national
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 09:41

Jeudi 19 décembre 2013, le Conseil supérieur de l'éducation (CSE) a été spécialement convoqué afin de rendre un avis sur les textes réglementaires mettant fin à la note de vie scolaire. Depuis 2005, la FCPE se battait contre cette disposition qui ne présentait aucun intérêt éducatif et ne faisait souvent que stigmatiser un peu plus des élèves connaissant déjà des difficultés. Ce retrait est donc une avancée, dans l'intérêt des élèves.

Au-delà de la satisfaction sur le fond, la FCPE a aussi apprécié la forme de cette prise de décision : elle faisait suite à un vœu que nous avions présenté avec de nombreuses autres organisations, au CSE, en septembre dernier, dans lequel nous demandions son abrogation immédiate. Ce vœu avait recueilli une quasi-unanimité. L'avis de la communauté éducative a donc été respecté.

Il est seulement regrettable que la lenteur de la procédure ait entrainé le maintien de cette disposition pour le premier trimestre dans la plupart des établissements, entraînant parfois une certaine incompréhension.

Nous savons aussi que dans quelques collèges cette suppression prêtera à polémique car cette note pouvait servir à remonter les moyennes des élèves plutôt qu'à les baisser. Cela montre bien la problématique posée par cette mesure : quand on essaie de faire évaluer n'importe quoi, on le fait souvent n'importe comment... Dans un collège, une classe, un élève aurait eu 18, dans l'autre, il n'aurait eu que 10...

Pour la FCPE, tout ceci est un faux débat. Si certains ont besoin de cette note pour remonter les moyennes de leurs élèves ou les baisser, c'est bien l'évaluation dans son ensemble qu'il faut repenser.

Il est grand temps de réformer largement la manière dont les élèves sont évalués, particulièrement les plus jeunes. L'évaluation doit permettre à l'élève de mesurer sa progression et non pas à le sanctionner ou le classer.

C'était aussi un des engagements pris par le président de la République.

(communiqué FCPE Nationale)

Repost 0
Published by FCPE Bruz - dans au niveau national
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 19:26

Parce que l'Ecole doit être le lieu de l'apprentissage de l'égalité et celui de la réussite de toutes et tous, Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale et Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes mettent en place une expérimentation dans 10 académies et plus de six cent classes des "ABCD de l'égalité". Mis au point par un comité d'experts, ce programme vise à transmettre dès le plus jeune âge une culture de l'égalité et du respect entre les filles et les garçons en agissant sur les pratiques des acteurs de l'éducation et sur les préjugés des élèves. Sur le site ABCD de l'Egalité (cliquez sur le lien à la suite de cet article), les outils sont accessibles à tous, y compris aux parents, pour permettre entre autres, de faire prendre conscience des stéréotypes que l'on transporte au quotidien sans même s'en rendre compte et qui finissent par s'imposer mécaniquement.

Les stéréotypes sont aussi véhiculés par les manuels scolaires. Ainsi, selon une étude du Centre Hubertine Auclert, qui a relu sous cet angle 17 manuels de Français de seconde générale, technologique et professionnelle, les femmes ne représentent que 3,7% des auteurs étudiés. Le centre Hubertine Auclert a déjà mené des études semblables par le passé : la place des femmes dans les manuels de maths, en 2012, et dans les manuels d’histoire en 2011. Ces 3 études sont téléchargeables en cliquant sur le lien ci-dessous. 

La FCPE s’engage elle aussi pour la parité : le constat est que les femmes, si elles s’engagent volontiers en milieu associatif, accèdent bien peu souvent à la Présidence des associations (40% de femmes présidentes seulement). La FCPE constate également que les femmes sont très présentes au niveau local de l’engagement « parent d’élève », mais de moins en moins nombreuses au niveau départemental et national. Il est en outre encore souvent difficile pour les femmes d’assurer pleinement leur mandat, particulièrement pour les mères de familles monoparentales. La FCPE, porteuse des valeurs d’égalité et de mixité, veut créer les conditions d’un plus grand engagement des femmes dans la vie publique.

Repost 0
Published by FCPE Bruz - dans au niveau national
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 18:10

A l'occasion de la publication du classement PISA, la FCPE Nationale diffuse le communiqué de presse suivant :

 

PISA : un argument de plus pour accélérer les réformes

La France s’enfonce dans le classement de l’enquête PISA 2012 publié aujourd’hui.

C’est sur ce point que se focaliseront beaucoup de commentaires mais, pour la FCPE, ce n’est pas ce classement qui doit retenir l’attention mais bien l’aggravation des inégalités par notre système éducatif.

Cette année encore, l’enquête pointe le creusement de l’écart entre les élèves les plus «faibles» et les plus «forts». Plus grave encore, l’étude montre le mal être des élèves les moins favorisés au sein de l’Ecole.

Alors qu’en moyenne, dans les pays de l’OCDE, 78% des élèves issus d’un milieu défavorisé déclarent se sentir chez eux à l’école, en France, ils ne sont que 38%. Or, l’angoisse née de l’échec et de l’exclusion ne peut constituer une bonne base pour des apprentissages sereins.

Comme à chaque fois depuis sa première édition, PISA montre que les systèmes éducatifs qui réussissent le mieux sont ceux qui excluent le moins les élèves et ont le tronc commun le plus long, sans orientation précoce et sans redoublement.

Pour la FCPE, cette étude rappelle donc l’urgence de transformer l’Ecole en profondeur et d’aller vers un système tourné vers la réussite de tous les élèves, sans exclusion.

 

Cliquez ci dessous pour lire l'article du Monde de l'Education sur le classement PISA 2013 et accéder à la partie qui concerne la France.

Repost 0
Published by FCPE Bruz - dans au niveau national
commenter cet article