Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

INTERVENTION FCPE au C.D.E.N du 22 NOVEMBRE 2012

 

 

Monsieur le Préfet,

Monsieur le Directeur Académique,

Mesdames, Messieurs les élus et membres du C.D.E.N

 

Les changements du printemps dernier ont engendré de nombreux espoirs tant les dernières années ont mis à mal l'ensemble des services publics dont le service public de l'Education.

Les parents d’élèves perçoivent d’une manière plutôt favorable les orientations prises par le nouveau gouvernement dont certaines mesures rejoignent nos préoccupations.

 

Avant toute chose, la FCPE 35 ne peut que se féliciter de l'abrogation de la loi dite Ciotti, dont nous n'avions cessé de dénoncer l'inutilité autant que la nocivité.

Si l'absentéisme scolaire est un problème grave qui ne peut être négligé, les solutions proposées ne peuvent être seulement répressives ni basées sur l'infantilisation des parents.

 

Lorsque la seule réponse aux dysfonctionnements d'un élève est la sanction, on ne peut s'étonner que certains jeunes finissent par fuir une institution scolaire peu accueillante.

 

Nous constatons une recrudescence des conseils de discipline aboutissant à une exclusion définitive sur notre département.

L’établissement scolaire est un lieu d’apprentissage et d’éducation, il est primordial que les sanctions prononcées revêtent une dimension éducative.

Plusieurs conseils locaux déplorent une absence totale de recours à la Commission Educative. Manifestement certains établissements ne se sont pas encore saisis de cette instance. Une sensibilisation auprès du corps enseignant ne serait sans doute pas superflue.

 

Nous sommes de plus en plus interpellés par des parents inquiets du « mal-être » de leur enfant.

Nous déplorons une baisse continue des fonds sociaux dans les collèges et lycées publics, constatons avec effarement que les établissements privés ne subissent pas le même sort.

 

Les crédits pédagogiques nous semblent subir la même érosion alors que la population scolarisée a subi une forte augmentation.

 

Nous tenons à rappeler ici notre attachement à une école publique de qualité, équitable, unificatrice, intégratrice, fondement de la République et de notre société.

 

Nous, Parents, attendons vivement de nos communes des efforts dans la mise en place de la réforme des rythmes scolaires et ceci dès la rentrée 2013. Elles sont nombreuses à pouvoir le faire, dans l’intérêt des enfants.

Il est temps de tenir enfin compte des nombreuses recherches et d’en finir avec la maltraitance imposée aux élèves par un calendrier scolaire reconnu par tous comme le pire de l’OCDE, avec des journées bien trop lourdes et un trop faible nombre de jours de classe dans l’année.

 

La FCPE appelle l’ensemble des acteurs éducatifs à retrouver la volonté d’avancer ensemble pour refonder l’école pour la réussite de tous les élèves.

Les parents d’élèves attendent que les discussions se poursuivent désormais de manière plus constructive en prenant d’abord en compte les intérêts des enfants et non plus seulement celui des adultes.

 

Une formation des enseignants digne de ce nom, de nouveaux programmes et la transformation de la relation pédagogique en classe permettront une école plus accueillante, plus juste et plus efficace,.

 

Les parents d’élèves de la FCPE Départementale s’insurgent contre les expulsions des enfants vivants dans des squats au risque d’un non-relogement.

Actuellement plusieurs élèves ayant effectué la Rentrée et donc scolarisés légitimement dans notre département voient leur scolarité menacée. Ces enfants, quelle que soit la situation administrative de leurs parents, ont droit à la protection contre les violences, à l’accès aux soins, à la scolarisation et à un hébergement digne.

Telles sont les obligations de l’Etat au titre de la Convention Internationale des droits de l’Enfant qu’il a ratifié.

Les parents d’élèves disent ASSEZ ! Ces évacuations ne règlent pas les problèmes, elles ne font que les déplacer en les aggravant.

Il est encore temps d’éviter que la France ne soit montrée du doigt voire condamnée une fois de plus par le Conseil de l’Europe.

Les parents exigent le respect du principe de l’école gratuite et obligatoire pour toutes et tous jusqu’à 16 ans.

 

Nous pourrions aborder de nombreux autres problèmes : les sureffectifs constatés dans de nombreux établissements ne permettant plus un accès correct des élèves à la restauration et à la vie en commun, les difficultés d’affectation et de sectorisation en découlant, la pénurie de médecins et d’infirmières scolaires, l’impossibilité de pouvoir accéder à une orientation de qualité etc…

 

Nous souhaiterions que les séances du C.D.E.N ne se cantonnent pas à un exercice de style visant uniquement à satisfaire une exigence règlementaire sans une réelle volonté d’amorcer la moindre concertation.

 

Dans d’autres départements, ces instances sont de véritables lieux de travail. Notre département doit pouvoir faire de même si tous les représentants de l’Etat font montre d’un attachement tout particulier à l’Ecole de la République.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by