Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 08:48

Lors de son allocution du 24 mars 2010, le Président de la République a indiqué :
"[...] Mais nous n’avons pas jugulé la montée de la violence dans les stades, dans les transports, dans les établissements scolaires. Cette situation ne peut pas durer. Je suis décidé à m’engager personnellement dans la lutte contre cette violence, la plus brutale, qui est devenue intolérable pour chacun d’entre vous. Ceux qui attendent ou qui espèrent une réaction ferme de ma part ne seront pas déçus. [...]

L’absentéisme scolaire est un fléau. La responsabilité des parents doit être engagée, les sanctions en matière d’allocations familiales doivent être effectives, les jeunes qui ne peuvent pas suivre une scolarité normale seront placés dans des établissements adaptés où ils ne perturberont plus la vie des autres et où ils feront l’objet d’un accompagnement spécifique."


Dans un communiqué du 25 mars, la FCPE " juge complètement déplacées les récentes annonces présidentielles. 
La FCPE dénonce la violence que constitue la menace de l’éloignement de certains élèves proposé par le président de la République, qui souhaite que « les jeunes qui ne peuvent pas suivre une scolarité dans un établissement scolaire [soient] placés dans des établissements spécialisés et [fassent] l'objet d'un accompagnement scolaire spécifique ». Ce n’est pas en les excluant aujourd’hui qu’on intégrera ces jeunes dans la société de demain.
La FCPE s’oppose aussi à la violence que constitue pour les familles la suppression des allocations familiales agitée comme un chiffon rouge de façon récurrente. Les allocations familiales ne sont pas de l’argent de poche pour les élèves assidus."

Lire l'intégralité du communique de la FCPE en cliquant
ici.

 

 

Cliquez ici pour lire l'intégralité du discours présidentiel.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FCPE Bruz - dans au niveau national
commenter cet article

commentaires